Bandeau Cap Protéines
Mes résultats de recherche pour
Légumineuses fourragères

Cap Protéines

Ressources sur l'autonomie protéique

Des témoignages

Des prairies riches en trèfle blanc et violet pour les chèvres et les brebis laitières
Des prairies riches en trèfle blanc et violet pour les chèvres laitières et les brebis allaitantes vidéo Dans l'Aveyron, Germain et Virginie Albespy élèvent 300 chèvres et 130 brebis viande sur 68 hectares. Si la présence de maïs ensilage permet de sécuriser l’autonomie en fourrage grossier, l'autonomie en protéine n’est pas encore atteinte. La principale difficulté reste le sol acide et sableux du Ségala, peu adapté à la culture de la luzerne. Alors, le couple d’éleveurs adapte ses prairies à l'aide de mélanges multi-espèces qui placent le trèfle blanc et violet au centre de l'équation. Cap Protéines
12 - Aveyron Légumineuses fourragères
Un pâturage dynamique et des dérobées pour une autonomie protéique
Un pâturage dynamique et des dérobées pour une autonomie protéique vidéo Dans le Calvados, Emmanuel Letellier élève 70 vaches laitières sur 115 hectares pour produire 457 000 litres de lait. Il cherche à produire des protéines à stocker pour l’hiver et à valoriser au maximum le pâturage en été. Il s’appuie pour cela sur les légumineuses, les trèfles en particulier, et sur le pâturage dynamique, piloté à l’œil ou à l’herbomètre. Il profite aussi de culture de dérobés (ray-grass italien, trèfles et vesce) entre les blés et le maïs. Cap Protéines
14 - Calvados Légumineuses fourragères Pâturage et parcours Diversification des ressources fourragères
François Dubois cultive l'autonomie protéique à la ferme
François Dubois cultive l'autonomie protéique à la ferme vidéo François Dubois élève des Charolais à Blet dans le Cher. Son système en bio l'amène à acheter le moins possible à l'extérieur : il est autonome à 92 %. Pour assurer la part protéique dans la ration, il cultive de la luzerne qu'il coupe précocement en enrubannage. La double période de vêlage permet de mieux s'organiser et d'étaler le travail de soins aux animaux. La sortie des animaux est ainsi plus étalée dans le temps et les ventes mieux réparties. Cap Protéines
18 - Cher Conduite du troupeau Légumineuses fourragères
Autonomie protéique et pâturage des chèvres
Autonomie protéique et pâturage des chèvres vidéo Au Gaec des Cabrioles en Dordogne, Stéphanie Kaminski et Jean-Paul Predignac élèvent 150 chèvres bio sur 42 hectares. Défenseurs du pâturage des chèvres, ils produisent des fourrages appétents à base de luzerne, trèfle, sainfoin, vesce, sorgho ou herbe. Selon les saisons, les chèvres y pâturent 6 à 9 heures par jour au fil avant. Pour produire 900 kilos de lait par chèvre et par an, le Gaec distribue aussi un méteil grain à base de triticale, avoine, pois et féverole, à 17 à 18 % de MAT. Cap Protéines
24 - Dordogne Légumineuses fourragères Mélanges céréales-protéagineux Pâturage et parcours Diversification des ressources fourragères
Foin de luzerne, céréales et pâturage tournant pour un lait et des fromages 100 % locales
Foin de luzerne, céréales et pâturage tournant pour un lait et des fromages 100 % locales vidéo À Alixan dans la Drôme, l’EARL les Pampilles cultive 14 hectares de luzerne, 6 hectares de prairies multi-espèces et 20 hectares de maïs, orge et blé pour nourrir les 120 chèvres saanen. L’objectif est d’être autonome en aliment. La luzerne est récoltée avec beaucoup de précaution pour garder des feuilles et une MAT de 18 à 20 % de MAT. Les chèvres pâturent au fil avant de fin février à fin septembre. Grace à l’irrigation, l’herbe reste verte et les éleveurs alternent pâture et fauche. Cap Protéines
26 - Drôme Légumineuses fourragères Pâturage et parcours
Vers l’autonomie protéique des brebis laitières bretonnes bios
« Brebis laitières : la gestion de l’herbe, pilier de l’autonomie protéique » vidéo Éleveur de brebis laitières en bio, Michel Rozé mise sur la gestion du stock et la qualité de son herbe pour renforcer l’autonomie protéique de l’exploitation. Il cultive des prairies multi-espèces riches en légumineuses tout en étant exigeant sur la récolte d'enrubannage ou de foin. Une mélangeuse permet d’optimiser la valeur alimentaire de la ration tout en économisant les correcteurs azotés. Avec environ 200 mères sur une SAU de 45 ha, Michel atteint une autonomie protéique de 83 %. Cap Protéines
35 - Ille-et-Vilaine Légumineuses fourragères Récolte et conservation Herbe et prairies
« Une symbiose entre les ateliers végétales et animales »
« Une symbiose entre les ateliers végétales et animales » vidéo Dans l’Indre, Gwen Parry élève 450 brebis allaitantes sans acheter d’aliments à l’extérieur grâce à 180 hectares, tout en bio. L’éleveur veut créer « une symbiose entre les ateliers de production végétale et l’atelier animal ». En plus des luzernes et des trèfles semés au printemps, il cultive de la féverole et du pois. En ingérant beaucoup de fourrages riches en protéines, les brebis ont une meilleure rumination, une meilleure santé et une production plus importante de lait pour les agneaux. Cap Protéines
36 - Indre Légumineuses fourragères Protéagineux et Tourteaux
Associer autonomie maximale et résultats économiques
Associer autonomie maximale et résultats économiques vidéo En Loire-Atlantique, le Gaec des Verdais produit un million de litres de lait avec 130 vaches et quatre associés. Pour Antoine Lebreton, « le Gaec vise une autonomie maximale grâce à des fourrages récoltées de très bonnes qualités ». Pour cela, il privilégie la qualité à la quantité en ensilant l’herbe tôt et en récoltant une partie du maïs sous forme d’épi. Le Gaec compte aussi sur le pâturage tournant et sur la production de luzerne déshydratée et de féverole extrudée. Cap Protéines
44 - Loire-Atlantique Légumineuses fourragères Herbe et prairies Pâturage et parcours
96 % d'autonomie protéique avec du pois, de la luzerne et un troupeau productif
96 % d'autonomie protéique avec du pois, de la luzerne et un troupeau productif vidéo Yoann et ses associés sont naisseurs-engraisseurs. Ils recherchent l’autonomie protéique et alimentaire pour plusieurs raisons : se dégager des revenus, être moins dépendants de l’extérieur, répondre aux attentes des consommateurs et ne pas acheter de concentrés et correcteurs azotés. Ils y parviennent grâce à leur travail sur leurs cultures (pois de printemps et luzerne), leurs prairies (trèfle) et leur troupeau (choix génétiques, productivité, âge au premier vêlage). Cap Protéines
44 - Loire-Atlantique Conduite du troupeau Légumineuses fourragères Protéagineux et Tourteaux
Plus de légumineuses pour équilibrer les rations et diminuer les problèmes chez les veaux
Plus de légumineuses pour équilibrer les rations et diminuer les problèmes chez les veaux vidéo En 2015, une épidémie de diarrhées d’origine alimentaire affecte les veaux de Fabien Tissier en Saône-et-Loire. « Je manquais de fourrage de qualité pour équilibrer mes rations », observe l'éleveur qui met en place le pâturage tournant afin de mieux gérer son herbe. Il incorpore plus de légumineuses dans les mélanges de ses prairies et récolte aussi des parcelles de méteil fourrager pour augmenter ses stocks de fourrages. Avec une meilleure alimentation, la santé des veaux s’est améliorée. Cap Protéines
71 - Saône-et-Loire Légumineuses fourragères
La diversification fourragère, un levier d’autonomie pour les bovins allaitants
La diversification fourragère, un levier d’autonomie pour les bovins allaitants vidéo Pour Matthieu Longuet, jeune éleveur de Blonde d’Aquitaine dans la Somme, l’autonomie alimentaire et protéique doit passer par un gain de temps et une facilité de distribution tout en restant économique et viable sur la globalité de son exploitation. Il a fait le choix de développer les semis sous couvert de sainfoin ou de luzerne. Cap Protéines
80 - Somme Légumineuses fourragères Diversification des ressources fourragères
La luzerne pour réduire les achats de tourteaux
La luzerne pour réduire les achats de tourteaux vidéo Franck et Fabien Beges sont éleveurs de bovins dans le Tarn. Au Gaec de la Grézigné, la luzerne est appréciée pour réduire la dépendance vis-à-vis du tourteau de soja. La plante est bien adaptée à la région et donne trois coupes jusqu’en juillet. Ensuite, elle est pâturée, une heure le matin et une heure le soir, pendant deux mois à l’automne. Econome en intrant, la luzerne a permis de réduire de 10 tonnes les achats de tourteaux pour un troupeau de 90 mères Blondes d’aquitaines. Cap Protéines
81 - Tarn Légumineuses fourragères
L’autonomie des brebis grâce à la luzerne et aux féveroles
L’autonomie des brebis grâce à la luzerne et aux féveroles vidéo Dans le Tarn, Émile Fabries élève 600 brebis allaitantes sur 120 hectares. Pour développer son autonomie protéique, il a augmenté la surface de luzerne et remplacé le tourteau de soja acheté par de la féverole. « C’est une culture simple à conduire et je me régale à entendre les brebis croquer les féveroles comme du gâteau ! » Le troupeau de brebis est autonome en protéines à 100 % et l’EARL Escarliot veut atteindre ce niveau pour l’élevage des agneaux. Cap Protéines
81 - Tarn Légumineuses fourragères Protéagineux et Tourteaux
« La féverole et des fourrages de légumineuses pour alimenter mes brebis toute l’année »
« La féverole et des fourrages de légumineuses pour alimenter mes brebis toute l’année » vidéo Olivier Brouard est autonome en protéines à 92 % grâce à la luzerne, aux trèfles, aux mélanges prairiaux riches en trèfle et à la féverole produite sur l’exploitation. De quoi nourrir les 250 brebis viande de cette exploitation de 328 hectares surtout tournée vers la culture des céréales et des oléoprotéagineux. Pour faire du bon foin de luzerne, l’agriculteur veille à andainer de bonne heure afin de garder les feuilles riches en protéines. Cap Protéines
86 - Vienne Légumineuses fourragères Protéagineux et Tourteaux
Des chèvres autonomes en aliments pour réduire les charges
Des chèvres autonomes en aliments pour réduire les charges vidéo Christophe Favard élève 200 chèvres sur 60 hectares dans la Vienne. Grace à la mise en place de différentes pratiques, il est aujourd’hui autonome pour l’alimentation du troupeau. L’implantation de prairies multi-espèces et la construction d’un séchoir en grange lui offrent des fourrages de très bonne qualité. Cela permet de réduire les quantités distribuées de concentrés autoproduits que sont le méteil, le maïs et la betterave. Cap Protéines
86 - Vienne Légumineuses fourragères Récolte et conservation Mélanges céréales-protéagineux Herbe et prairies
Des arbustes et des prairies adaptés aux six mois de saison sèche
Des arbustes et des prairies adaptés aux six mois de saison sèche vidéo En Martinique, les moutons du Foyer de charité pâturent des prairies adaptées au territoire. La saison sèche, appelée Carême, peut durer six mois, de janvier à juin. L’élevage a donc dû s’adapter en installant des espèces acclimatées et résistantes aux périodes arides. L’élevage a implanté des graminées il y a plus de 20 ans et, aujourd’hui, il possède une parcelle dite améliorées. Les brebis profitent aussi des protéines contenues dans les légumineuses arbustives. Cap Protéines
MQ - Martinique Légumineuses fourragères Herbe et prairies
En Martinique, valoriser les protéines des légumineuses locales
En Martinique, valoriser les protéines des légumineuses locales vidéo Marcel Hierso, fort de ses 30 ans d’expérience dans l’élevage bovin naisseur en Martinique, a implanté des légumineuses locales et importées. Grace à ces légumineuses tropicales, l’éleveur ne fertilise plus ses prairies. « Ce qu’il manque sur nos parcelles, c’est de la matière azotée. Il faut se diriger vers une amélioration de nos prairies pour avoir un maximum d’azote ». Cap Protéines
MQ - Martinique Légumineuses fourragères
Pierre Trémouille
Pierre Trémouille, éleveur de bovin viande vidéo Pierre Trémouille, éleveur de bovin viande et de veau de boucherie en Dordogne, cultive 120 hectares d’herbe, 20 de luzerne et 20 de céréales, maïs ou méteil. Il a réduit le coût de la ration à 2 euros par animal et par jour en remplaçant l’achat de correcteur par l’implantation de luzerne et de mélange céréale-protéagineux. Les vaches allaitantes sont au pâturage du 25 mars au 1er décembre. Chambre d'agriculture de la Dordogne
24 - Dordogne Légumineuses fourragères Mélanges céréales-protéagineux Pâturage et parcours Mutualisation et relocalisation
Achat de luzerne sur pied en élevage caprin
Achat de luzerne sur pied en élevage caprin vidéo Pour nourrir leurs 90 chèvres, les deux éleveuses de l'EARL du Fay n'ont que 10 hectares en propre. Mais elle se sont entendus avec des cultivateurs voisins pour leur acheter près de 16 hectares de luzerne sur pied. De quoi produire un fourrage de qualité qui permet une production de 900 kilos de lait par chèvre et par an avec seulement 380 g de concentrés par litre. Le cultivateur s'y retrouve aussi agronomiquement. Herbe & Fourrages Centre-Val de Loire
41 - Loir-et-Cher Légumineuses fourragères
Le Gaec Vital en Vendée
Autonomie protéique en élevage bovin viande vidéo Le Gaec Vital rassemble trois frères qui élèvent 210 vaches allaitantes charolaises. Ils ont semé du trèfle incarnat dans du ray-grass hybride et pratiquent le pâturage tournant. Ce film a été réalisé en mai 2016 chez un éleveur vendéen, dans le cadre du programme SOS Protein. Vegepolys Valley
85 - Vendée Légumineuses fourragères Herbe et prairies

Documents Cap Protéines

Webinaires Cap Protéines de novembre-décembre 2022

Des vidéos du Village de l'autonomie protéique

Comment bien implanter une luzerne ?
Comment bien implanter une luzerne ? vidéo Pour implanter une luzerne, il faut d’abord choisir un sol basique et aéré. Riche en protéines, productive et avec peu de besoins en engrais, la luzerne supporte mieux la sécheresse que d’autres plantes. Elle permet aussi d’allonger les assolements et d’aérer les sols. Didier Deleau, ingénieur régional fourrage à Arvalis – Institut du végétal nous livre les nombreux atouts de la luzerne mais aussi ses limites. Le trèfle violet peut être une bonne alternative à la luzerne. Cap Protéines
Légumineuses fourragères
Un long chemin vers la souveraineté protéique de la France
Un long chemin vers la souveraineté protéique de la France vidéo En valorisant davantage l’herbe et les fourrages, la France peut espérer réduire la part de protéines végétales d’importation. Autour de la table : - Jean-Marie Seronie, agro-économiste - Laurent Rosso, directeur de Terres univia, l'interprofession des huiles et protéine végétales, et Terres Inovia, son institut technique - Jean-Pierre Fleury, éleveur de bovins allaitants - Dominique Viallat, éleveur bovin laitier autonome du Puy-de-Dôme. Cap Protéines
Conduite du troupeau Légumineuses fourragères Récolte et conservation Mélanges céréales-protéagineux Herbe et prairies Pâturage et parcours Diversification des ressources fourragères Protéagineux et Tourteaux Mutualisation et relocalisation
Votre consentement
Ce site recours à l'utilisation de cookies (ou traceurs) lors de votre navigation. Votre consentement explicite est nécessaire à leur utilisation. cliquez ici pour en savoir plus
Ce site et les services liés sont susceptibles de déposer des cookies* (ou traceurs) sur votre ordinateur.
Ils ne sont pas installés par défaut.

Les plateformes de diffusion de vidéos en ligne (Youtube, Vimeo, Dailymotion...) peuvent déposer des cookies destinés au suivi statistique et marketing de vos consultations. Reportez-vous à leurs politiques de confidentialités respectives pour en savoir plus.
Le refus de ces cookies n'altérera pas leur consultation sur le site actuel.

Ce site fait l'objet de mesure d'audience via la plateforme Google Analytics. Reportez-vous à la politique de confidentialité de Google Analytics pour en savoir plus.
Le refus de ces cookies n'altérera pas votre expérience utilisateur sur le site actuel.

Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Trip Advisor...) peuvent déposer des cookies destinés au suivi statistique et marketing de vos partages de liens. Reportez-vous à leurs politiques de confidentialités respectives pour en savoir plus.
Le refus de ces cookies n'altérera pas la consultation du site actuel, mais vous empêchera de partager le contenu de ce site sur vos réseaux respectifs.

* un cookie est un petit fichier stocké par un serveur dans le terminal (ordinateur, téléphone, etc.) d’un utilisateur et associé à un domaine web (c’est à dire dans la majorité des cas à l’ensemble des pages d’un même site web). Ce fichier est automatiquement renvoyé lors de contacts ultérieurs avec le même domaine.