Bandeau Cap Protéines
Accédez à l'ensemble des ressources documentaires du projet Cap Protéines

Cap Protéines

Ressources sur l'autonomie protéique

Les dossiers thématiques

Les bovins lait En France, la ration des bovins lait est très majoritairement composée d'aliments produits sur l'exploitation. Avec 70 % d'autonomie protéique en moyenne, les élevages français de vaches laitières consomment chaque année environ un million de tonnes de tourteau de soja. Les systèmes maïs-soja ont une ... Consultez ce dossier Les bovins viandes Les élevages de bovins allaitants français ont en moyenne 86 % d'autonomie protéique. Un très bon niveau d'autonomie obtenue en valorisant l'herbe des prairies. Consultez ce dossier Les ovins lait Pour développer l'autonomie protéique, les élevages ovins laitiers peuvent chercher à produire plus de ressources protéiques ou de fourrages, mieux valoriser l'herbe ou adapter la conduite du troupeau. Actuellement, l'autonomie moyenne des élevages de brebis laitières est de 68 % en France. Consultez ce dossier Les ovins viandes Basant leur alimentation sur l'herbe pâturée, les ovins allaitants ont une autonomie protéique moyenne de 83 %. Ils peuvent néanmoins améliorer leur autonomie en implantant des légumineuses et en valorisant l'herbe à toutes les étapes de l'élevage. Consultez ce dossier Les caprins Avec seulement 47 % d'autonomie protéique en moyenne, les élevages caprins français ont encore des marges de progrès pour produire eux-mêmes les protéines végétales consommées par les chèvres laitières. Consultez ce dossier Légumineuses fourragères Grâce à leur capacité à capter l'azote atmosphérique de l'air, les légumineuses sont riches en protéines. Cultivés seuls ou en association, les luzernes, trèfles ou sainfoins sont les atouts des éleveurs pour retrouver de l'autonomie protéique. Consultez ce dossier Mélanges céréales-protéagineux Associer dans les champs céréales et protéagineux permet d'associer énergies et protéines dans l'alimentation. Les mélanges céréales-protéagineux couvrent rapidement les sols et s'adaptent aux conditions climatiques. Les méteils peuvent être récoltés sous forme de fourrage ou de grain. Consultez ce dossier Conduite du troupeau En calant les besoins des animaux au moment où les ressources fourragères sont les plus disponibles, on peut réduire les besoins en complémentation. De même, limiter les UGB improductives réduit les besoins en surfaces ou en alimentation. Consultez ce dossier Récolte et conservation Une récolte des fourrages au bon moment et une conservation optimale permet de bénéficier des richesses protéiques des fourrages toute l'année. L'herbe et les fourrages peuvent se conserver sous forme de foin, d'enrubannage ou d'ensilage. Les fourrages frais peuvent aussi être amenés sous forme d'affou... Consultez ce dossier Herbe et prairies L'herbe est un des premiers leviers à actionner pour améliorer l’autonomie protéique des élevages de ruminants. Ce fourrage est abondant, équilibré et peu coûteux quand il est pâturé. Avec 12 à 18 % de matière azotée totale, l’herbe des prairies est naturellement équilibrée pour l’alimentation des ruminants. ... Consultez ce dossier Pâturage et parcours L'herbe pâturée est la ressource alimentaire la plus évidente et naturelle des bovins, ovins et caprins mais aussi la plus économique à produire et récolter. Consultez ce dossier Diversification des ressources fourragères De nombreuses ressources fourragères peuvent être mobilisées par les éleveurs pour diversifier l’alimentation du troupeau et diminuer les coûts de production. Parmi les ressources fourragères qui permettent de gagner en autonomie fourragère, notons les mélanges ou cultures associées, les légumineus... Consultez ce dossier Protéagineux et tourteaux Les matières riches en protéines complètent utilement les rations des ruminants, laitiers surtout. Produits localement, les protéagineux (pois, féverole, lupin) ou les tourteaux de colza, tournesol ou soja permettent d'équilibrer les rations des troupeaux en protégeant la souveraineté aliment... Consultez ce dossier Mutualisation et relocalisation Mutualiser ses moyens de production permet de réduire les coûts et partager les connaissances. En s'approvisionnant localement en matières végétales riches en protéines, les élevages français contribuent au développement de la souveraineté nationale. Consultez ce dossier

Des témoignages

Un pâturage dynamique et des dérobées pour une autonomie protéique
Un pâturage dynamique et des dérobées pour une autonomie protéique vidéo Dans le Calvados, Emmanuel Letellier élève 70 vaches laitières sur 115 hectares pour produire 457 000 litres de lait. Il cherche à produire des protéines à stocker pour l’hiver et à valoriser au maximum le pâturage en été. Il s’appuie pour cela sur les légumineuses, les trèfles en particulier, et sur le pâturage dynamique, piloté à l’œil ou à l’herbomètre. Il profite aussi de culture de dérobés (ray-grass italien, trèfles et vesce) entre les blés et le maïs. Cap Protéines
14 - Calvados Légumineuses fourragères Pâturage et parcours Diversification des ressources fourragères
Avec 150 vaches bio, du soja et de la féverole toastée localement
Avec 150 vaches bio, du soja et de la féverole toastée localement vidéo En Charente, le Gaec de la Grande Dennerie élève 150 vaches laitières sur 310 hectares. Avec le passage en bio en 2019, l’élevage est passé d’une ration à dominante maïs à une ration à dominante herbe. Pour compléter le pâturage tournant dynamique, l’enrubannage de luzerne ou de prairie ou l’ensilage de méteil ou de sorgho, les quatre associés font toaster leur soja et leur féverole par le toasteur mobile de Pasquier Vgt’al. Cap Protéines
16 - Charente Protéagineux et Tourteaux
François Dubois cultive l'autonomie protéique à la ferme
François Dubois cultive l'autonomie protéique à la ferme vidéo François Dubois élève des Charolais à Blet dans le Cher. Son système en bio l'amène à acheter le moins possible à l'extérieur : il est autonome à 92 %. Pour assurer la part protéique dans la ration, il cultive de la luzerne qu'il coupe précocement en enrubannage. La double période de vêlage permet de mieux s'organiser et d'étaler le travail de soins aux animaux. La sortie des animaux est ainsi plus étalée dans le temps et les ventes mieux réparties. Cap Protéines
18 - Cher Conduite du troupeau Légumineuses fourragères
L'implantation de chicorée et de plantain dans les prairies temporaires
L'implantation de chicorée et de plantain dans les prairies temporaires vidéo L’implantation de chicorée et de plantain dans les prairies multi espèces permettent d’améliorer la production fourragère, notamment en période de sécheresse. Cela permet aussi d’améliorer la qualité de ses fourrages, plus riches en protéines, et donc de limiter la consommation de concentrés. L’EARL des Monts de Lascaux teste ces espèces pour ces vaches et taureaux de race limousine. Cap Protéines
23 - Creuse Herbe et prairies
Autonomie protéique et pâturage des chèvres
Autonomie protéique et pâturage des chèvres vidéo Au Gaec des Cabrioles en Dordogne, Stéphanie Kaminski et Jean-Paul Predignac élèvent 150 chèvres bio sur 42 hectares. Défenseurs du pâturage des chèvres, ils produisent des fourrages appétents à base de luzerne, trèfle, sainfoin, vesce, sorgho ou herbe. Selon les saisons, les chèvres y pâturent 6 à 9 heures par jour au fil avant. Pour produire 900 kilos de lait par chèvre et par an, le Gaec distribue aussi un méteil grain à base de triticale, avoine, pois et féverole, à 17 à 18 % de MAT. Cap Protéines
24 - Dordogne Légumineuses fourragères Mélanges céréales-protéagineux Pâturage et parcours Diversification des ressources fourragères
Foin de luzerne, céréales et pâturage tournant pour un lait et des fromages 100 % locales
Foin de luzerne, céréales et pâturage tournant pour un lait et des fromages 100 % locales vidéo À Alixan dans la Drôme, l’EARL les Pampilles cultive 14 hectares de luzerne, 6 hectares de prairies multi-espèces et 20 hectares de maïs, orge et blé pour nourrir les 120 chèvres saanen. L’objectif est d’être autonome en aliment. La luzerne est récoltée avec beaucoup de précaution pour garder des feuilles et une MAT de 18 à 20 % de MAT. Les chèvres pâturent au fil avant de fin février à fin septembre. Grace à l’irrigation, l’herbe reste verte et les éleveurs alternent pâture et fauche. Cap Protéines
26 - Drôme Légumineuses fourragères Pâturage et parcours
« Avec le pâturage tournant dynamique, on réapprend à cultiver l’herbe »
« Avec le pâturage tournant dynamique, on réapprend à cultiver l’herbe » vidéo En Gironde, le Gaec Agréé de Rival, exploitation en polyculture élevage en système veau sous les 75 mères limousines, a mis en place le pâturage tournant dynamique depuis 2018. Michael Massignani nous donne son témoignage sur cette pratique : « nous avons retrouvé du trèfle et de l’autonomie. Cela se traduit par des économies de concentrés et de fourrages avec un pâturage allongé d’un mois. Il a fallu accepter de lâcher les vaches plus tôt et bien organiser les paddocks. » Cap Protéines
33 - Gironde Pâturage et parcours
Vers l’autonomie protéique des brebis laitières bretonnes bios
« Brebis laitières : la gestion de l’herbe, pilier de l’autonomie protéique » vidéo Éleveur de brebis laitières en bio, Michel Rozé mise sur la gestion du stock et la qualité de son herbe pour renforcer l’autonomie protéique de l’exploitation. Il cultive des prairies multi-espèces riches en légumineuses tout en étant exigeant sur la récolte d'enrubannage ou de foin. Une mélangeuse permet d’optimiser la valeur alimentaire de la ration tout en économisant les correcteurs azotés. Avec environ 200 mères sur une SAU de 45 ha, Michel atteint une autonomie protéique de 83 %. Cap Protéines
35 - Ille-et-Vilaine Légumineuses fourragères Récolte et conservation Herbe et prairies
Prairie multi-espèces et race pâturante : un minimum de concentré !
Prairie multi-espèces et race pâturante : un minimum de concentré ! vidéo En Mayenne, Charlotte et Alexander Moriarty élèvent 400 brebis de race Poll Dorset en bio. Visant l’autonomie alimentaire, ils favorisent la part d’herbe pâturée dans la ration. Les prairies sont semées avec un mélange composé d’une quinzaine d’espèce dont de la chicorée. Les prairies sont fauchées pour récolter de l’enrubannage, utilisé en fin de gestation et en début de lactation. Cap Protéines
53 - Mayenne Herbe et prairies
96 % d'autonomie protéique avec du pois, de la luzerne et un troupeau productif
96 % d'autonomie protéique avec du pois, de la luzerne et un troupeau productif vidéo Yoann et ses associés sont naisseurs-engraisseurs. Ils recherchent l’autonomie protéique et alimentaire pour plusieurs raisons : se dégager des revenus, être moins dépendants de l’extérieur, répondre aux attentes des consommateurs et ne pas acheter de concentrés et correcteurs azotés. Ils y parviennent grâce à leur travail sur leurs cultures (pois de printemps et luzerne), leurs prairies (trèfle) et leur troupeau (choix génétiques, productivité, âge au premier vêlage). Cap Protéines
44 - Loire-Atlantique Conduite du troupeau Légumineuses fourragères Protéagineux et Tourteaux
Des agneaux à l'herbe avec des croissances rapides
Des agneaux à l'herbe avec des croissances rapides vidéo Patrice Guyard élève des brebis à Crux-la-Ville dans la Nièvre. Il a fait le choix de regrouper ses mises bas et de complémenter ses agneaux dès 15 jours pour les faire partir avant la sécheresse estivale. Un choix qui lui apporte un résultat économique intéressant et lui permet d'acheter le moins de concentrés possible. Cap Protéines
58 - Nièvre Conduite du troupeau
"Des prairies temporaires cultivées en alternance avec du méteil pour des fourrages de qualité"
"Des prairies temporaires cultivées en alternance avec du méteil pour des fourrages de qualité" vidéo Dominique Viallard élève des vaches montbéliardes dans le Puy-de-Dôme. Cet éleveur laitier bio mise sur des prairies temporaires de qualité et le séchage en grange pour être autonome en protéines à 65 %. Cultivateur d'herbe, il alterne prairies temporaires et méteil dans des rotations de huit ans. Avec 50 vaches laitières sur 120 hectares, le Gaec de Sauvadet a réalisé 133 000 euros d'EBE en 2021. Cap Protéines
63 - Puy-de-Dôme Récolte et conservation Herbe et prairies
Dans l’élevage de charolaises de Thierry Préaud, une remise en question permanente
Dans l’élevage de charolaises de Thierry Préaud, une remise en question permanente vidéo Éleveur de 110 vaches charolaises en Saône-et-Loire, Thierry Préaud a commencé à tester le pâturage tournant sur des vaches suitées en 2014. Le résultat étant concluant sur les poids des animaux et son bilan fourrager, il décide de l’étendre au reste de l’exploitation. En quête d’autonomie et suite à des échanges avec d’autres agriculteurs, il met en place cinq hectares de méteil grain pour diminuer les coûts d’aliment achetés. En 2021, 17 hectares de méteil grain sont semés. Cap Protéines
71 - Saône-et-Loire Pâturage et parcours
Lupin, méteil et pâturage tournant dynamique pour 150 vaches
Lupin, méteil et pâturage tournant dynamique pour 150 vaches vidéo Dans les Deux-Sèvres, le Gaec de l’Ouchette élève 150 vaches laitières sur 225 hectares de SAU. Les quatre associés cultivent du lupin, riche en protéines, pour les aplatir et nourrir le troupeau. Ils cultivent aussi un méteil mélangeant féverolle, pois, vesce, avoine et trèfle et donnant un fourrage entre 14,5 et 18 % de MAT pour 0,9 UF. Inspiré de la Nouvelle-Zélande, la technique du pâturage tournant dynamique est appliqué en profitant d’un parcellaire avantageux et d’aménagements entretenus. Cap Protéines
79 - Deux-Sèvres Mélanges céréales-protéagineux Pâturage et parcours Protéagineux et Tourteaux
Valoriser la protéine sur un troupeau bovin
Valoriser la protéine sur un troupeau bovin vidéo Jean-Pierre Audebeau du Gaec La Picoulée élève des poules pondeuses et 80 vaches allaitantes sur 145 hectares. En agriculture biologique depuis 2000, il cultive un méteil grain avec un mélange de pois, de féverole et de blé. Avec deux périodes de vêlages, le Gaec élève des bœufs avec les veaux nés au printemps. Il réalise des enrubannages des premières coupes de luzerne et de prairie multi-espèces afin d’avoir des fourrages riches en protéines. Cap Protéines
79 - Deux-Sèvres Mélanges céréales-protéagineux Herbe et prairies
La diversification fourragère, un levier d’autonomie pour les bovins allaitants
La diversification fourragère, un levier d’autonomie pour les bovins allaitants vidéo Pour Matthieu Longuet, jeune éleveur de Blonde d’Aquitaine dans la Somme, l’autonomie alimentaire et protéique doit passer par un gain de temps et une facilité de distribution tout en restant économique et viable sur la globalité de son exploitation. Il a fait le choix de développer les semis sous couvert de sainfoin ou de luzerne. Cap Protéines
80 - Somme Légumineuses fourragères Diversification des ressources fourragères
L’autonomie des brebis grâce à la luzerne et aux féveroles
L’autonomie des brebis grâce à la luzerne et aux féveroles vidéo Dans le Tarn, Émile Fabries élève 600 brebis allaitantes sur 120 hectares. Pour développer son autonomie protéique, il a augmenté la surface de luzerne et remplacé le tourteau de soja acheté par de la féverole. « C’est une culture simple à conduire et je me régale à entendre les brebis croquer les féveroles comme du gâteau ! » Le troupeau de brebis est autonome en protéines à 100 % et l’EARL Escarliot veut atteindre ce niveau pour l’élevage des agneaux. Cap Protéines
81 - Tarn Légumineuses fourragères Protéagineux et Tourteaux
Le pâturage des agnelles pour améliorer l’autonomie protéique de l’atelier ovin lait
Le pâturage des agnelles pour améliorer l’autonomie protéique de l’atelier ovin lait vidéo Au Gaec de la Manentié dans le Tarn, les genets et les fougères ont laissé la place au dactyle, au ray-grass et au trèfle. Les agnelles de cet élevage 600 brebis laitières de race Lacaune y ont accès jour et nuit, du 15 mars environ jusqu’à la mise bas. Les parcelles sont divisées en 12 parcs pour deux à trois jours de pâturage tournant par parc. Grace à cette gestion de l’herbe et à des concentrés maison à base de blé, orge, triticale et pois, la ration des agnelles est autonome à 100 %. Cap Protéines
81 - Tarn Pâturage et parcours
« La féverole et des fourrages de légumineuses pour alimenter mes brebis toute l’année »
« La féverole et des fourrages de légumineuses pour alimenter mes brebis toute l’année » vidéo Olivier Brouard est autonome en protéines à 92 % grâce à la luzerne, aux trèfles, aux mélanges prairiaux riches en trèfle et à la féverole produite sur l’exploitation. De quoi nourrir les 250 brebis viande de cette exploitation de 328 hectares surtout tournée vers la culture des céréales et des oléoprotéagineux. Pour faire du bon foin de luzerne, l’agriculteur veille à andainer de bonne heure afin de garder les feuilles riches en protéines. Cap Protéines
86 - Vienne Légumineuses fourragères Protéagineux et Tourteaux
Des chèvres autonomes en aliments pour réduire les charges
Des chèvres autonomes en aliments pour réduire les charges vidéo Christophe Favard élève 200 chèvres sur 60 hectares dans la Vienne. Grace à la mise en place de différentes pratiques, il est aujourd’hui autonome pour l’alimentation du troupeau. L’implantation de prairies multi-espèces et la construction d’un séchoir en grange lui offrent des fourrages de très bonne qualité. Cela permet de réduire les quantités distribuées de concentrés autoproduits que sont le méteil, le maïs et la betterave. Cap Protéines
86 - Vienne Légumineuses fourragères Récolte et conservation Mélanges céréales-protéagineux Herbe et prairies
Méteil fourrager
Du méteil fourrager pour alimenter les vaches allaitantes dans une rotation céréalières avec ray-grass résistants vidéo Dans sa ferme céréalière de 300 hectares, Brice Bousquet a initié de nouvelles rotations avec du méteil fourrager de triticale, pos et vesce pour alimenter son atelier de vaches allaitantes Limousines. L'ensilage du méteil permet d'exporter les graines de ray-grass. Détail des rotations et mis en œuvre technique. Chambre régional d'agriculture d'Occitanie
09 - Ariège Mélanges céréales-protéagineux
Une production fourragère optimisé par le semis direct du méteil et le sorgho fourrager
Une production fourragère optimisé par le semis direct du méteil et le sorgho fourrager vidéo Mikael Razou élève 50 mères limousines sur 170 hectares. Avec une rotation orge, sorgho fourrager, méteil fourrager (féverole, avoine, vesce) puis tournesol, il optimise la production fourragère tout en limitant l'utilisation de produit phytosanitaire. Chambre régional d'agriculture d'Occitanie
09 - Ariège Mélanges céréales-protéagineux
Broma 11 Méteil
Du méteil fourrager enrubanné pour assurer l'autonomie alimentaire et diminuer la pression adventice vidéo Dans l'Aude, le Gaec Broma est passé en bio en 2016. Pour produire un aliment riche en énergie et en protéagineux pour sa soixantaine de vaches laitières, il sème un méteil de blé, vesce et pois qui est coupé et enrubanné début mai. Chambre régional d'agriculture d'Occitanie
11 - Aude Mélanges céréales-protéagineux
Cédric André chèvre
L'autonomie protéique avec le méteil vidéo Cédric André élève 270 chèvres sur 100 hectares. Suite aux sécheresses, il cultive des méteils fourragers composés de blé, vesce, pois et trèfle violet. De quoi baisser son coût alimentaire et devenir plus autonome. Chambre d'agriculture de Charente
16 - Charente Mélanges céréales-protéagineux
Bertrand Rouquie, éleveur laitier autonome en protéines
Bertrand Rouquie, éleveur laitier autonome en protéines vidéo Bertrand Rouquie, éleveur bovin laitier en Dordogne, est quasiment autonome en protéines pour produire 420 000 litres de lait dont 230 000 litres transformés en fromage. Avec un robot de traite et un parcellaire morcelé, les vaches sont alimentées quotidiennement par de l’herbe fraîche avec un affouragement en vert. La ration hivernale associe de la luzerne, du maïs et du lin avec un coût limité à 110 à 120 € les 1 000 l. Le concentré de colza est remplacé par du lupin autoproduit. Chambre d'agriculture de la Dordogne
24 - Dordogne Récolte et conservation Protéagineux et Tourteaux Mutualisation et relocalisation
Pierre Trémouille
Pierre Trémouille, éleveur de bovin viande vidéo Pierre Trémouille, éleveur de bovin viande et de veau de boucherie en Dordogne, cultive 120 hectares d’herbe, 20 de luzerne et 20 de céréales, maïs ou méteil. Il a réduit le coût de la ration à 2 euros par animal et par jour en remplaçant l’achat de correcteur par l’implantation de luzerne et de mélange céréale-protéagineux. Les vaches allaitantes sont au pâturage du 25 mars au 1er décembre. Chambre d'agriculture de la Dordogne
24 - Dordogne Légumineuses fourragères Mélanges céréales-protéagineux Pâturage et parcours Mutualisation et relocalisation
Prairies multi-espèces et intercultures pour faire pâturer ses brebis toute l'année
Prairies multi-espèces et intercultures pour faire pâturer ses brebis toute l'année vidéo Le Gaec de la Bourgetière veut faire pâturer ses 620 brebis toute l'année. Christophe Avisse fait tourner ses lots dans des parcs avec un mélange de ray-grass anglais, trèfle blanc, lotier, plantain et fétuque des prés. Il utilise aussi les couverts, les repousses et des mélanges céréales-protéagineux. Il apprécie le plantain pour sa production et ses bonnes valeurs nutritives. Herbe & Fourrages Centre-Val de Loire
28 - Eure-et-Loir Herbe et prairies Diversification des ressources fourragères
Engraisser des réformes à l'herbe
Engraisser des réformes à l'herbe vidéo Le Gaec de Sévres engraisse une soixantaine de vaches de réforme chaque année. Elle utilise pour cela des fourrages à plus de 15 % de protéines et pas de correcteurs azotés. Dans les prairies permanentes, les fauches précoces ont fait apparaitre des légumineuses qui donnent des fourrages de qualité. Herbe & Fourrages Centre-Val de Loire
36 - Indre Herbe et prairies
Laurent Basset Jura
Mélanges protéagineux et autonomie protéique vidéo Deux éleveurs bovins laitiers du Jura et un éleveur bovin allaitant bio de Saône-et-Loire détaillent leur utilisation des mélanges céréales-protéagineux en grain. Des méteils intéressants pour l'autonomie, le rendement et la biodiversité. Chambre régionale d'agriculture de Bourgogne-Franche-Comté
39 - Jura Mélanges céréales-protéagineux Mutualisation et relocalisation
Achat de luzerne sur pied en élevage caprin
Achat de luzerne sur pied en élevage caprin vidéo Pour nourrir leurs 90 chèvres, les deux éleveuses de l'EARL du Fay n'ont que 10 hectares en propre. Mais elle se sont entendus avec des cultivateurs voisins pour leur acheter près de 16 hectares de luzerne sur pied. De quoi produire un fourrage de qualité qui permet une production de 900 kilos de lait par chèvre et par an avec seulement 380 g de concentrés par litre. Le cultivateur s'y retrouve aussi agronomiquement. Herbe & Fourrages Centre-Val de Loire
41 - Loir-et-Cher Légumineuses fourragères
Luzco Cuma des volontaires
Un séchoir en Cuma vidéo La Cuma des Volontaires s'est doté d'un grand séchoir à foin et à céréales pour assurer l'autonomie alimentaire et protéique des élevages en gardant la traçabilité des aliments. Les légumineuses, herbe, colza ou céréales des adhérents sont ventilés par un air réchauffé au soleil dans huit cellules différentes puis mis en bottes avant d'être réexpédiés dans les élevages. FRCuma Ouest (Luzco)
44 - Loire-Atlantique Mutualisation et relocalisation
video marc humeau ovin 49
Autonomie protéique en élevage ovin vidéo Ce film a été réalisé en mai 2016 chez un éleveur ovin du Maine-et-Loire dans le cadre du programme SOS Protein. Marc Humeau est éleveur de 500 brebis dans le Maine-et-Loire. Il privilégie l'herbe pour limiter la complémentation protéique. Pour cela, il a choisi une race herbagère et ses brebis agnellent au printemps, au moment de la pousse de l'herbe. Il ressème régulièrement ses prairies en mélange et avec du colza fourrager et, bientôt, de la chicorée et du plantain. Vegepolys Valley
49 - Maine-et-Loire Conduite du troupeau Herbe et prairies
Estelle 53 Civam
Performances économiques et environnementales d'une ferme herbagère en Pays de la Loire vidéo Estelle est éleveuse de vache laitière en système herbager en Mayenne. Dans cette vidéo du Civam, elle nous explique ce qui fait la force de son système et ce que lui permet d’allier économie, autonomie et performance environnementale. « Dans mon système, j'ai pas mal de prairies que j'essaie de faire pâturer au maximum par mes 40 Normandes. Le système herbager me permet de réduire mes charges alimentaires, les frais de mécanisation, vétérinaires et de cultures. » Civam Pays de la Loire
53 - Mayenne Herbe et prairies
Vidéo fontaine Montbéliarde
Comment répondre à l'autonomie protéique sur les exploitations en polyculture-élevage ? L'exemple de l'exploitation agricole des Fontaines (71) vidéo L'exploitation agricole de Fontaines a modifié son système à base de maïs ensilage et achat de correcteur azoté pour réduire sa dépendance aux intrants. Les 70 vaches laitières montbéliardes sont désormais alimenté par de l'ensilage de dérobées riche en protéines. La ferme y voit des intérêts économiques, zootechniques et agronomiques. PSDR ProSys et PSDR Poeete
71 - Saône-et-Loire Récolte et conservation Mélanges céréales-protéagineux
Le Gaec Vital en Vendée
Autonomie protéique en élevage bovin viande vidéo Le Gaec Vital rassemble trois frères qui élèvent 210 vaches allaitantes charolaises. Ils ont semé du trèfle incarnat dans du ray-grass hybride et pratiquent le pâturage tournant. Ce film a été réalisé en mai 2016 chez un éleveur vendéen, dans le cadre du programme SOS Protein. Vegepolys Valley
85 - Vendée Légumineuses fourragères Herbe et prairies
Claude Thomas
Gestion de prairies riches en légumineuses vidéo Grace au trèfle, Claude Thomas achète peu de concentrés pour ces vaches laitières et allaitantes. Ses prairies vosgiennes associent soit du ray-grass et du trèfle, soit un mélange multiespèce, soit du trèfle pur implanté sous un couvert d'avoine. De quoi faire rimer autonomie et économie. Autoprot
88 - Vosges Pâturage et parcours

Documents Cap Protéines

Présentation faites au village de l’autonomie protéique

Posters exposés au village de l'autonomie protéique

Conférences Space 2022

Des vidéos du Village de l'autonomie protéique

Comment récolter des fourrages riches en protéines ?
Comment récolter des fourrages riches en protéines ? vidéo Pour garder la valeur des fourrages, il faut préserver les feuilles avec des faucheuses peu agressives, un conditionneur réglé sur la petite vitesse et un séchage rapide grâce à un large étalement de l’herbe coupée. Anthony Uijttewaal, responsable du pôle fourrages d’Arvalis Institut du végétal, rappelle que la récolte de foin ou d’ensilage est aussi un compromis pour garder un bon débit de chantier. Cap Protéines
Récolte et conservation Herbe et prairies
Implanter des prairies sous couverts d’association céréales/protéagineux
Implanter des prairies sous couverts d’association céréales/protéagineux vidéo Implanter des prairies sous couverts d’association céréales-protéagineux permet d’éviter le salissement, de produire un fourrage supplémentaire et avoir une prairie qui prend le relais. Bertrand Daveau, ingénieur recherche et développement en agriculture biologique à la ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou, explique que la prairie qui prend le relais sera disponible ensuite plus ou moins rapidement selon la pluviométrie et la date de récolte du méteil. Cap Protéines
Mélanges céréales-protéagineux Herbe et prairies
Pourquoi mesurer la hauteur d’herbe ?
Pourquoi mesurer la hauteur d’herbe ? vidéo Mesurer la hauteur d’herbe permet de connaître la production de ses prairies et d’adapter le chargement et l’organisation du pâturage. Claire Douine du Ciirpo montre comment se servir d’un herbomètre, un outil rentable pour valoriser au mieux l’herbe. Cap Protéines
Herbe et prairies Pâturage et parcours
Des leviers pour améliorer l’autonomie protéique de la ration
Des leviers pour améliorer l’autonomie protéique de la ration vidéo Grâce à l’herbe, on peut produire du lait avec des rations très économes en intrants. Hugues Chauveau d’Arvalis-Institut du végétal montre qu’un système tout maïs est carencé en protéines. En récoltant l’herbe au bon moment, on peut trouver le compromis entre le rendement et la valeur alimentaire des graminées et légumineuses. Cap Protéines
Récolte et conservation Herbe et prairies Diversification des ressources fourragères
Comment bien implanter une luzerne ?
Comment bien implanter une luzerne ? vidéo Pour implanter une luzerne, il faut d’abord choisir un sol basique et aéré. Riche en protéines, productive et avec peu de besoins en engrais, la luzerne supporte mieux la sécheresse que d’autres plantes. Elle permet aussi d’allonger les assolements et d’aérer les sols. Didier Deleau, ingénieur régional fourrage à Arvalis – Institut du végétal nous livre les nombreux atouts de la luzerne mais aussi ses limites. Le trèfle violet peut être une bonne alternative à la luzerne. Cap Protéines
Légumineuses fourragères
Être plus autonome en protéines avec des vaches allaitantes
Être plus autonome en protéines avec des vaches allaitantes vidéo Avec des fourrages de qualité (enrubannage de prairie ou de luzerne), on peut se passer de tourteau de colza en élevage bovin allaitant. À 800 °C/jour, c’est-à-dire au début de l’épiaison, le stade de l’herbe est optimal pour avoir des fourrages de qualité. De quoi économiser des concentrés et des tourteaux, apprécie Jérémy Douhay, responsable de projet bovins viande, engraissement et efficience alimentaire à l’Institut de l’élevage. Cap Protéines
Récolte et conservation
Devautop, un outil pour calculer l’autonomie protéique d’un élevage
Devautop, un outil pour calculer l’autonomie protéique d’un élevage vidéo Devautop est un outil pour estimer l’autonomie protéique d’un élevage en fonction des animaux présents sur l’élevage et des approvisionnements extérieurs. Lila Benadda, responsable de projet outils et références à l’Institut de l’élevage, explique que l’outil sera prochainement accessible sous format web. Simple d’utilisation, Devautop donne une série de bilans et de fourchettes de comparaison en une vingtaine de minutes. Cap Protéines
o	L’herbe de printemps, une herbe de super qualité
L’herbe de printemps, une herbe de super qualité vidéo Fourrage équilibré en énergie et azote, l’herbe de printemps est un levier vers l’autonomie protéique. Stéphanie Guibert, chargée de mission prairie à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, recommande de découper ses parcelles pour garder au maximum une herbe jeune pour la fauche ou le pâturage. Cap Protéines
Récolte et conservation Herbe et prairies Pâturage et parcours
Quelle est la bonne hauteur d’herbe ?
Quelle est la bonne hauteur d’herbe ? vidéo Un troupeau peut rentrer entre 8 et 10 cm et sortir avant d’attendre les 5 cm pour ne pas pénaliser la repousse. Claire Caraes, chargée de projets Prairies à la chambre d’agriculture de Normandie, montre aussi que l’herbe trop haute risque d’être piétinée et que sa valeur alimentaire se dégrade avec l’épiaison. Cap Protéines
Récolte et conservation Herbe et prairies Pâturage et parcours
Les éléments clés d’une saison de pâturage
Les éléments clés d’une saison de pâturage vidéo Les prairies offrent un fourrage de qualité toute l’année. Julien Fradin de l’Institut de l’élevage décrit les moments clés du calendrier de la pousse de l’herbe pour agir au bon moment. En pâturant puis en fauchant tôt au printemps, on évite le gaspillage d’herbe. En été, les légumineuses aident à compléter la ressource fourragère. En automne, on profite de la repousse d’une herbe de qualité souvent sous-estimée. Cap Protéines
Pâturage et parcours
HappyGrass, un outil d’aide à la décision sur la gestion des prairies
HappyGrass, un outil d’aide à la décision sur la gestion des prairies vidéo HappyGrass est une application qui permet de mieux gérer la prairie et valoriser l’herbe. Antoine Leborgne, responsable commercial d’HappyGrass, détaille les fonctionnalités de l’outil smartphone. Les éleveurs peuvent s’abonner pour 4 ou 15 euros par mois. Un investissement qui permet de valoriser l’herbe au bon moment, d’avoir un meilleur rendement d’herbe et une plus grande autonomie protéique. Cap Protéines
Herbe et prairies Pâturage et parcours
Pois, féverole et lupin, des cultures qui contribuent à l’autonomie des élevages
Pois, féverole et lupin, des cultures qui contribuent à l’autonomie des élevages vidéo Directement intégré dans la ration, les pois, féverole et lupin sont des atouts pour l’autonomie protéique des élevages français grâce à leur teneur en protéines de 21 à 40 %. Agathe Penant, ingénieure développement protéagineux et diversification à Terres Inovia, explique que, semées aux bonnes dates, dans de bonnes conditions et sans surdensité, les cultures de pois et féverole ne demandent pas trop d’interventions techniques. Cap Protéines
Protéagineux et Tourteaux
Les dérobées fourragères estivales
Les dérobées fourragères estivales vidéo Les dérobées fourragères estivales s’implantent de façon opportuniste entre deux cultures. Les cultures de sorgho, moha, millet, vesce, trèfle, colza, lablab, niébé (cow pea) ou teff grass augmentent le stock fourrager. Élodie Morand, ingénieure à Arvalis Institut du végétal, présentent des outils d’aides au choix et l’intérêt de ces cultures. Cap Protèines
Diversification des ressources fourragères
Un long chemin vers la souveraineté protéique de la France
Un long chemin vers la souveraineté protéique de la France vidéo En valorisant davantage l’herbe et les fourrages, la France peut espérer réduire la part de protéines végétales d’importation. Autour de la table : - Jean-Marie Seronie, agro-économiste - Laurent Rosso, directeur de Terres univia, l'interprofession des huiles et protéine végétales, et Terres Inovia, son institut technique - Jean-Pierre Fleury, éleveur de bovins allaitants - Dominique Viallat, éleveur bovin laitier autonome du Puy-de-Dôme. Cap Protéines
Conduite du troupeau Légumineuses fourragères Récolte et conservation Mélanges céréales-protéagineux Herbe et prairies Pâturage et parcours Diversification des ressources fourragères Protéagineux et Tourteaux Mutualisation et relocalisation
Votre consentement
Ce site recours à l'utilisation de cookies (ou traceurs) lors de votre navigation. Votre consentement explicite est nécessaire à leur utilisation. cliquez ici pour en savoir plus
Ce site et les services liés sont susceptibles de déposer des cookies* (ou traceurs) sur votre ordinateur.
Ils ne sont pas installés par défaut.

Les plateformes de diffusion de vidéos en ligne (Youtube, Vimeo, Dailymotion...) peuvent déposer des cookies destinés au suivi statistique et marketing de vos consultations. Reportez-vous à leurs politiques de confidentialités respectives pour en savoir plus.
Le refus de ces cookies n'altérera pas leur consultation sur le site actuel.

Ce site fait l'objet de mesure d'audience via la plateforme Google Analytics. Reportez-vous à la politique de confidentialité de Google Analytics pour en savoir plus.
Le refus de ces cookies n'altérera pas votre expérience utilisateur sur le site actuel.

Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Trip Advisor...) peuvent déposer des cookies destinés au suivi statistique et marketing de vos partages de liens. Reportez-vous à leurs politiques de confidentialités respectives pour en savoir plus.
Le refus de ces cookies n'altérera pas la consultation du site actuel, mais vous empêchera de partager le contenu de ce site sur vos réseaux respectifs.

* un cookie est un petit fichier stocké par un serveur dans le terminal (ordinateur, téléphone, etc.) d’un utilisateur et associé à un domaine web (c’est à dire dans la majorité des cas à l’ensemble des pages d’un même site web). Ce fichier est automatiquement renvoyé lors de contacts ultérieurs avec le même domaine.